Histoire de Coligny

Moyen-âge (428 à 1289)



Voici un inventaire des seigneurs à qui appartenait Coligny entre 428 et 1289.

Le premier seigneur de Coligny fut Manases I vers 863. Le village se partagea en deux : Coligny le Vieil (Comté) sous Aimé I et Humbert III, et Coligny le Neuf (Bresse) sous Hugues II en 1190.

 

En 1563, Gaspard II hérite des deux Coligny mais en 1564, le roi d'Espagne lui confisque Coligny le Vieil. Gaspard III, seigneur de Coligny le Neuf depuis 1591 regroupe les deux Coligny en 1632, date à laquelle on retrouve le Coligny actuel. Manases III donne les églises de Marboz, Chevreaux et Treffort à l'abbaye de Gigny pour se faire pardonner de ses crimes envers le clergé. En 1180: Humbert de Thoir venge Humbert II de Coligny et se marie avec Alix. Pour le remercier, Humbert II de Coligny lui offre les terres de Cerdon.

 

Seigneurie de Coligny le Neuf

 

Hugues et Guillaume I firent beaucoup de donation au clergé. Tous les établissements religieux de la Bresse et du Bugey ont été fondés ou enrichis par la famille de Coligny.

 

Le château de la Tour fut construit par Albert III seigneur de La Tour du Pin afin d'établir une demeure au milieu de ses terres. Le château actuel n'est pas du tout le même et ne se trouve pas à sa place d'origine.

 

Le roi du Dauphiné céda Coligny le Neuf (1285) au Duc de Bourgogne afin qu'il renonce au Dauphiné (intervention du roi de France). Robert de Bourgogne possédait Treffort, Marboz, Coligny le Neuf et d'autres biens en Revermont. En 1289, il céda ses propriétés à Ame IV, comte de Savoie et à Sibylle, dame de Bagé (sa femme) mais garda Cuiseaux.

 

Seigneurie de Coligny le Vieil

 

Manases de Coligny , frère d'Ame II, donna à l'ordre du temple de Montagnat les villages de Broissiat, Eperignat (hameau actuel de Montfleur) et Sainte Fontaine (aujourd'hui La Balme d'Epy) en 1227. De là est né Montagnat le Templier en opposition à Montagnat le Reconduit.



Les institutions au moyen-âge



La charte d'affranchissement de Coligny (avril 1289) fut l'une des premières de France. Le seigneur accorde des libertés, abolit l'obligation d'accomplir des tâches non rémunérées mais instaure de nouveaux impôts. Le seigneur de Coligny le Neuf avait tous les droits en justice. Il était représenté par un châtelain ou un bailli. 

 

 

En 1601, Coligny est rattaché au Parlement, à la Chambre des Comptes, et à la Généralité de Dijon. Coligny le Vieil possédait les châteaux, peu de maison et deux fiefs au milieu de la Bresse : Goubey et Champel.